Thumbnail
 

Nos actualités

Retrouvez l’actualité d'Auris Gestion

Suivez notre actualité

RDV DU LUNDI - EUROPE : LA TENTATION DU REPLI

Encore une semaine calme sur les marchés, à peine entrecoupée jeudi, par l’annonce du premier ministre espagnol, M. Rajoy de sa volonté d’activer l’article 155, permettant au gouvernement espagnol de se substituer aux institutions catalanes.

L’Euro Stoxx 50 termine donc la semaine stable (+0.01%), tandis qu’aux Etats-Unis, les marchés actions continuent de battre des records avec une nouvelle hausse de 0.86% pour le S&P 500. L’indice américain affiche désormais une hausse de plus de 15% depuis le début de l’année, le tout avec une volatilité particulièrement faible. Ainsi, depuis le début de l’année, le S&P 500 n’a pas connu de correction baissière de plus de 3%.

Malgré l’accélération de la dynamique économique de la zone euro, dont nous nous sommes faits régulièrement l’écho cette année, les marchés actions de la zone euro restent en retrait par rapport à leurs homologues américains. La surperformance du S&P 500 atteint désormais plus de 3% par rapport à l’Euro Stoxx 300 et s’est encore renforcée la semaine dernière.

Aux Etats-Unis, la perspective – même incertaine – de voir aboutir la réforme fiscale, voulu par M. Trump soutien les marchés depuis début octobre. Pour autant, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a alerté mercredi dernier, veille de l’anniversaire du krach de 1987, du risque de correction brutale des marchés si la réforme fiscale n’était pas votée par le Congrès. Le vote par le Sénat, jeudi, à une très courte majorité du budget 2018 a renforcé la probabilité d’adoption du texte avant la fin de l’année, signe que malgré les difficultés, les Etats-Unis parviennent souvent à des compromis.

En comparaison, la zone euro donne le sentiment d’être pris dans une centrifugeuse, éloignant les pays les uns des autres en fonction de leurs intérêts propres et désormais menaçant d’éclatement les pays eux-mêmes. Après la Catalogne, c’est la Lombardie et la Vénétie qui ont organisé ce dimanche un référendum pour une autonomie renforcée, ayant notamment pour objectif de réduire drastiquement la part des prélèvements que reversent ces deux régions - les plus riches de la péninsule - à l’Etat central. La question du rééquilibrage des ressources, que ce soit entre Etats ou entre régions est au cœur des crispations actuelles dans l’Union européenne. L’Europe devra surmonter le développement de ces égoïsmes naturels pour avoir un avenir.